Vous êtes ici : Accueil > Tice > Expérimentation et veille technologique > Relais-Vitesse - Le 12’’ (Explication, Outil & Tuto)
Publié : 1er septembre

Relais-Vitesse - Le 12’’ (Explication, Outil & Tuto)

Relais-Vitesse - Le 12’’

Article source : Ghislain Hanula et Eric Llobet - Les cahiers du CEDREPS N°11, Edition AEEPS, 2011
Le pôle TICE de l’Académie de Rouen vous propose une adaptation numérique.

L’objectif

A travers cette situation, nous voulons faire émerger une question vive pour le binôme de coureur (donneur & receveur) : comment atteindre notre vitesse cible sur 12’’ ? (notre distance à parcourir)

Outre le fait de réaliser un travail sur le départ, l’augmentation des qualités physiques des élèves,… nous orienterons le questionnement sur : viser un moindre ralentissement du donneur coordonné au départ anticipé du receveur.

Pour engager les élèves dans une recherche de solution, le problème a été traité à l’inverse de la situation de référence : choisir de mesurer l’espace franchi sur un temps, plutôt que le temps franchi sur une distance (30m)

Pourquoi réaliser un travail sur 12’’ plutôt que le traditionnel 2x30 mètres

Même si la compétence attendue ne fait plus référence à une « distance » (2 x 30 mètres), la culture de l’activité nous amène à proposer des enseignements respectant la logique de l’activité.
Néanmoins, se tourner vers le choix du 12’’ permet de :

- Réduire la difficulté des élèves à prendre un temps. Pour les élèves, le temps est une notion « abstraite » de leur degré de réussite.
- Rendre directement accessible aux élèves la connaissance des résultats, de manière claire accessible et adaptée. L’effort et l’engagement sont « visuels », ils se concrétisent par l’atteinte d’une distance.
- Adapter le travail des élèves à leur potentiel, en fonction de leurs ressources. La distance à parcourir est relative à leur potentiel physique.
- Susciter la motivation : la situation est ludique et elle est chargée de sens pour les élèves (aller le plus loin possible en se rapprochant physiquement d’un objectif de « plot")
- Rester authentique en étant conforme à ce qui définit fondamentalement le relais vitesse. (Grâce à une organisation collective, faire parcourir au témoin une distance donnée le plus vite possible en perdant un minimum de temps lors de la transmission.)
- Porter l’objet d’enseignement qui a été choisi « viser au moindre ralentissement du donneur coordonné au départ anticipé du receveur »`
- Emancipatrice car elle permet d’accroitre la connaissance de soi (ici la connaissance du résultat) dans l’action, source d’une plus grande autonomie.-

But des élèves

Courir le plus vite possible en se transmettant un témoin pour aller le plus loin possible et se rapprocher de sa « vitesse cible ».

La vitesse cible est le résultat de la moyenne de :

  • la vitesse du donneur sur 6’’ départ arrêté

  • la vitesse du receveur sur 6’’ départ lancé

Par exemple : le donneur court sur 6’’ départ arrêté, il réalise 38 mètres (22,8 km/h) et le receveur court sur 6’’ départ lancé, il réalise 42 mètres (25,2 km/h). Leur distance à parcourir sera de 80 mètres, soit une vitesse cible de 24 Km/h. Le coureur observateur ira se placer au plot 80 mètres et constatera l’écart entre l’objectif à atteindre et la réalisation.

Schéma global de la situation du 12’’

Il est intéressant de définir des zones de « progression » pour identifier le degré de réussite du but à atteindre. En d’autres termes, si la distance réalisée en 12’’ est de – 6 mètres les élèves sont en zone rouge. Si leur distance réalisée est de – 3 mètres, ils sont en zone verte. Si leur distance réalisée est égale à leur distance cible, c’est le « bingo ».

Limites

En s’appuyant sur cette situation, nous sortons de la culture de l’activité qui est de réduire le temps en parcourant une distance. Ici, nous sommes toujours dans le champ d’apprentissage N°1 : « Produire une performance optimale, mesurable à une échéance donnée ».

En revanche, elle est plutôt à rapprocher des activités de « lancer » : lancer le plus loin possible (augmenter l’espace). A contrario, sur les activités de « course », le raisonnement est plutôt d’aller le plus « vite » possible (diminuer le temps).

Cependant, dans la situation proposée, pour aller « loin » il faut aller « vite ». Nous devions soulever ce caractère car il a des conséquences sur l’action motrice des coureurs.

La conséquence : Les élèves réalisent un « saut » (à la Charley Paddock) dans le dernier appui. à l’annonce du « STOP ». Or, la logique de l’activité voudrait que le coureur casse son buste pour gagner du temps. Une remédiation possible : rappeler aux élèves que le temps s’arrête ou que l’objectif de distance est atteint à partir de la ligne des épaules et non du pied. Pour faire un lien culturel, il est intéressant de s’appuyer sur des vidéos d’athlétisme comme les Jeux Olympiques. L’apprentissage moteur du « cassé du buste » reste à acquérir, mais le travail est déjà amorcé en prenant appui sur une représentation de l’activité.

La visibilité du résultat (le plot à franchir) peut entrainer une baisse d’estime de soi. En effet, le résultat n’est plus affiché sur le chronomètre mais il est visible par l’ensemble des élèves. Il faut être attentif aux discours des élèves qui peuvent être « blessant ».

Conclusion

L’ intérêt principal de cette forme de pratique repose sur la visibilité immédiate du résultat. Cette visibilité permet à l’élève de voir tout de suite s’il a réussi l’épreuve ou s’il doit continuer à travailler pour atteindre son objectif : le plot cible.
De plus, la distance étant relative aux prises de performances individuelles, les élèves travaillent sur une quantité de travail adaptée à leur ressource.

Source
Ghislain Hanula et Eric Llobet - Les cahiers du CEDREPS N°11, Edition AEEPS, 2011

Le fichier Numbers (Tableur Apple) à télécharger

Pour faciliter la collecte et le traitement des données, le Pôle de Compétences TICE/EPS vous propose un tableur.

Numbers - 847.8 ko
Tableur Numbers - Relais-Vitesse - Le 12’’

Le tableur permet de collecter et traiter les résultats des élèves sur 6’’ arrêté + 6’’ lancé afin d’identifier la vitesse cible d’un binôme.

L’intérêt de ce tableur est d’avoir accès rapidement à la vitesse cible d’un binôme afin qu’ils puissent réaliser des essais avec différent partenaire.
Attention : il ne faut pas que les élèves passent trop de temps à rechercher le "bon partenaire" mais s’engage dans un processus d’amélioration de transmission du témoin.

Pour faciliter la prise en main du tableur Numbers, un tutoriel :

par epsrouen

Pour évaluer l’activité relais-vitesse, nous vous proposons ce Gagne Etoile :

Numbers - 1 Mo
Evaluation Gagne Etoile - Relais-Vitesse en Cycle 4

+ d’information sur la situation du 12’’ :
http://www.aeeps.org/fonds-documentaire/1212-faire-jouer-au-relais-vitesse-pour-permettre-dapprendre-le-12q.html

http://www.aeeps.org/index.php?option=com_docman&task=doc_details&gid=1163

http://www.eps.ac-aix-marseille.fr/webphp/mediawiki/index.php/Relais_Vitesse-Coll%C3%A8ge-N1-Eric_LLOBET