Vous êtes ici : Accueil > Formations > Formation continue > Ressources > Contenus de formation > Formation Echauffement : S’échauffer, préserver son intégrité
Publié : 30 janvier 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Formation Echauffement : S’échauffer, préserver son intégrité

Suite à la formation continue académique organisée conjointement par les IA-IPR et l’AEEPS régionale de Rouen les 23 et 24 janvier 2015 sur le thème de l’échauffement, nous revenons dans cet article sur une démarche initiée par Bruno Fagnoni, Professeur EPS au Lycée Thullier d’Amiens. Partant d’un constat soulignant un manque de liaison et de sens entre les séquences dites d’échauffement » et les premières situations d’apprentissage, cette proposition défend l’idée « qu’il ne suffit pas d’être « chaud » ou être arrivé « à bonne température » sur les plans musculaire et cardiovasculaire pour être prêt à apprendre ou à pratiquer ». Aussi, cette démarche se veut plus globale et complexe de préparation à la leçon.

L’auteur avance ici plusieurs axes de réflexions concernant les premières séquences et situations de la leçon :
• Une phase « à part entière et non entièrement à part de la leçon d’EPS ».
• Une phase préactive et interactive de la leçon.
• Une mise en activité et dans l’activité.
• Une volonté de faire réaliser et réussir ensemble en occupant alternativement différents rôles.
• Une phase « préactive » car préparatoire à la pratique d’apprentissage et « interactive » car reliée aux autres moments de la leçon
• Un dispositif attrayant dans lequel l’enseignant organise, anime et régule les séquences
• Une préparation physique dans le but de se préparer, progresser et se préserver à plusieurs reprises au cours de la leçon.
• Une volonté de maintenir le rythme et la dynamique des premières séquences sans trop puiser dans les ressources énergétiques de l’élève en évitant des mobilisations musculaires trop passives ou des temps d’explications trop longs.
• Une préparation privilégiant des mobilisations musculaires dynamiques plus courtes mais souvent répétées, des postures isométriques, des déséquilibres proprioceptifs, des exercices concentriques lents de renforcement musculaire, des actions motrices globales proche de la motricité de l’APSA.
• Une utilisation de supports matériels multiples et attrayants (petites haltères, ballons, steps, chaises, cerceaux, élastiques).
• Un élève qui doit se voir offrir la possibilité de progresser au niveau psychomoteur : trois registres d’action et de qualités motrices sont recherchés (coordination, dissociation, proprioception). Le but est de rendre l’élève plus adroit et plus habile.
• Une phase qui recherche une meilleure éducation posturale et une plus grande connaissance de soi.
• Une phase qui doit susciter ou renforcer l’adhésion et l’engagement affectif des élèves en tenant compte des désirs et mobiles d’agir individuels et collectifs. Cette préparation doit permettre de trouver du plaisir à travers des satisfactions, des interactions ou des gratifications induites par le dispositif.
• Une préparation qui combine trois intensions  :
o Construire un sentiment durable de connaissances et de compétences
o Répondre à des besoins d’affiliation, d’intégration voir d’inclusion en provocant des interactions permanentes.
o Permettre aux élèves de faire des choix autodéterminés et de mener une activité autorégulée au sein d’ateliers et de formes de groupement.
• Une entrée dans la leçon permettant de faire vivre une multitude d’expériences culturelles marquantes.
• Un dispositif se voulant une liaison CMS4 / CP5 en apprenant à manipuler au cours de multiples cycles antérieurs des mobiles et des supports (APSA, matériel) qui organisent l’enseignement de la CP5.
• Une démarche recherchant une amélioration de la condition physique de l’élève à travers une préparation physique scolaire permanente dans toutes les leçons et tous les cycles afin d’obtenir des effets objectivables et durables.

Le début de la leçon est ici considéré comme le « prétexte idéal » pour offrir une « réelle vie physique » et construire avec les élèves une « Préparation Physique Scolaire » en EPS.

Bruno Fagnoni développe dans un article de la revue Enseigner l’EPS N° 265 de janvier 2015 (« Dépasser l’intention d’échauffement en EPS pour faire entrer nos élèves dans la leçon ») l’ensemble de ses propositions. Vous pouvez aussi vous référer au site de l’AEEPS (www.aeeps.org).

Voir en ligne : Site de l’AEEPS